Envie de participer ?

Le mythe Ironman !

L'Ironman est le summum des épreuves de triathlons et considéré comme l’épreuve d'endurance sur une journée la plus difficile au monde. 3800m de natation, 180kms de velo et un marathon 42.2 kms de course à pied. Alors pourquoi faire et s'infliger ca et quels conseils donner ?  Nous avons demandé à 4 Kawann leur avis.

 

1) Majorie Talec: Professeur des écoles puis Professeur d'EPS depuis 1 an, vis en Martinique depuis 17 ans. Acro de sport depuis l'adolescence.

2) Valéry Vaudran:  56 ans, viens de la natation pratiqué pendant 10 ans en compétition (championnats de France et Europe) Spécialité sprint: 100 brasse 1’10 et 100 papillon 1’01 à 16 ans. Plus récemment, 2020, médaille de bronze aux championnats de France masters sur 50 papillon.

3) Olaf Kasten: 50ans, consultant, 8eme au championnats d'Europe juniors d'Athletisme sur 400m Haies, a complété 20 Ironman depuis 2010 avec 8 participations aux Championnats du monde Ironman et un titre en 2021 des 50-54ans.

 

4) Franck Sylvestre: passionné de surf, de triathlon, de Trail, d Apnee etc.. bref les échecs c’est pas mon truc, j’aime qd on a mal et j aime chercher mes limites.

 

Quand avez-vous commence le triathlon?   

Majorie: en 2009. Valéry: en 2010. Olaf: en 2009. Franck: Oulaaaaa ça doit faire 10 ans je crois. Je dirais 2013. J’ai commencé par un triathlon S (750m/20km/5km). J’ai été addicted dès ce jour !!

 

Quand avez-vous fait votre premier Ironman?  

Majorie: En 2019, au TEXAS pour mes 40 ans: 15 e de mon groupe d'age en 12h02. Valéry: Novembre 2016, Panama City Floride, 54eme de mon groupe d'age en 11h29. Olaf: été 2010 a Regensburg, Allemagne, 51eme de mon groupe d'age en 10h13 et ensuite Melbourne en Australie en 2012 en 9h08 et 8eme. Franck: IM Switzerland en 2018. Avec Val, Majo et Manu on avait fait une belle prépa pr IM Texas en 2019 mais 2j avant l’avion j’ai été heurté assez lourdement par une voiture lors de ma dernière sortie vélo. J’ai mis du temps à pouvoir revenir en forme 🤷🏽‍♂️.

 

Qu'est-ce qui t'a donne envie de faire un Ironman ? 

Majorie: Envie de relever un challenge de plus après avoir récupéré d'une blessure importante au genou et partager ce moment unique avec les amis tortues aussi dingo que moi. Valéry:  L’envie m’est venue après avoir fait une douzaine de Half et de vouloir passer à l’étape supérieure: le Graal des triathlètes, la distance reine. Olaf: en 2010 c’était vraiment pour découvrir, j'avais fait un Olympique, un demi-Ironman et donc je voulais essayer un full. En 2012 c’était diffèrent, j'avais lu dans un livre qu'il fallait faire des Ironman et aller aux Championnats du monde a Hawaii pour être un vrai triathlète, ca m'avait motive et j'ai donc fait Melbourne pour me qualifier pour Kona. De plus je venais de me faire virer de mon job et j'avais un réel besoin de revalorises, quelque chose sur quoi me concentrer 100% et à quoi donner 100%, l'Ironman était parfait pour tout ca. Franck: De voir Daniela Ryf et Jan Frodeno, Mark Allen, Dave Scott, Macca, Sebi Kienle etc… des monstres !!

 

Quelles sont les conditions nécessaires à ton avis pour faire son premier Ironman dans de bonnes conditions ?  

Majorie: Avoir beaucoup de volonté et être prêt à consacrer beaucoup de temps semaine et we aux entraînements. Commencer la préparation au moins 5 mois avant et être régulier...  Valéry: Pour faire un premier IRONMAN dans de bonnes conditions il faut avant tout faire preuve d’une grande régularité en terme d’entraînement, d’avoir un plan sérieux et construit tout en étant à l’écoute de son corps. Olaf: l'Ironman demande un vrai investissement en temps et en énergie... idéalement il faut donc avoir le soutien de ses proches, pas avoir d’énormes projets ou de stress a coté pour pouvoir faire une préparation sereine et efficace. Ensuite il faut avoir très envie, envie de repousser et tester ses limites, envie de se faire mal. Un peu triste à dire, mais mes meilleures années en 2012/13 et 2022 faisaient toujours suite a des périodes très difficiles au niveau personnel. Mais une fois passées ces difficultés et en canalisant toute cette énergie positive dans l'entrainement a toujours super bien fonctionne!  Franck: avoir un coach ou être super sérieux et suivre un plan. Discipline !!!

 

Quels conseils donnerais-tu a quelqu'un qui veut faire son premier Ironman ?  

Majorie: Monter progressivement en volume et en charge et veiller à bien dormir. Mais surtout ne pas oublier de s'amuser... La joie est une source d'énergie incroyable !  Valéry:  Pour faire un premier Ironman dans de bonnes conditions il faut avant tout faire preuve d’une grande régularité en terme d’entraînement, d’avoir un plan sérieux et construit tout en étant à l’écoute de son corps.  Olaf: Je conseille vivement de prendre un coach pour ne pas en faire trop. Arriver en bonne santé sur la ligne de départ n'est pas facile, il faut que ca soit la priorité numéro 1. Avec 10-12h par semaine pendant quelques mois, sans blessures et un entrainement régulier, un Ironman est possible. Pour une chance pour un titre de Champion du monde, pour quelqu'un de moyennement doué comme moi et même a 50ans il faut faire au moins 20-25h d'entrainement par semaine en phase de préparation. Franck: De bien s’entraîner en suivant un plan ou en prenant un coach. De bien dormir et manger pour absorber tout l’entraînement. Le jour de la course est un jour de fête: y a plus qu’à… en essayant de prendre du plaisir et de MANGER pendant le vélo et à pied. Boire aussi.

 

Quelles erreurs faut-il éviter pour a tout prix dans la préparation et dans la course ?  

Majorie:  Erreur dans le préparation : prendre à la légère la partie alimentation. Erreur pendant la course: Partir trop vite, négliger l'hydratation et l'alimentation.  Valéry: Les erreurs sont de vouloir en faire trop pendant la préparation qui demande déjà beaucoup et de négliger les phases de récupération. En course, il faut rester fidèle à son plan, dicté par les étapes validées pendant les semaines/mois précédents la course. En ce qui me concerne, pendant la course je ne me projetais pas plus loin que la discipline dans laquelle je me trouvais, en avançant étape par étape, sans penser au marathon final, ma hantise 😉. Olaf:  Il y a tellement d'erreurs possibles, haha. Pour moi, toujours rester en dessous de 95% d’intensité pour ne pas se blesser, même quand on se sent super fort. Ne rien changer au dernier moment en termes de stratégie de course, de nutrition et de matériel.  Les derniers jours avant la course sont remplies de doutes et il est toujours difficile de ne pas faire de bêtises a ce moment-là. Franck: Ne pas être régulier à l’entraînement en natation et à vélo. In fois le vélo posé, on peut tj marcher. Mais sans sérieux à l’entraînement en nat et à vélo c’est la mort. 

 

Quel est ton meilleur et quel est ton pire souvenir de ce premier Ironman ?  

Majorie: Le pire souvenir: me rendre compte en commença les 180 km vélo que j'avais oublié mes ravitos des 90 premiers km......  + vomissements tout les miles sur la 1ere moitié du marathon. Meilleur souvenir: la sensation de puissance extraordinaire que j'ai eu sur les derniers 500 m avant de franchir la ligne d'arrivée + L'énergie envoyée par les spectateurs.  Valéry: Mon pire souvenir de ce premier full est le sentiment de doute de ne pas pouvoir terminer lors du demi-tour du deuxième semi, tout seul, marchant dans la nuit, au milieu de nulle part… le meilleur est le son de la musique, la voix du speaker à l’approche de l’arrivée et cette énergie qui revient pour finir et entendre: you are an IRONMAN !!! En franchissant la ligne d’arrivée. Olaf: Le pire souvenir est le départ a la natation, on se prend de coups, un vrai bordel, et le les changements émotionnels par lesquels je suis passé, avec des moments très durs après 2 tours de course à pied et que je me suis dit qu'il restait encore 21 kms a faire. Maggy, ma femme qui a rate l’arrivée avec les enfant en allant chercher une glace était pas mal aussi...  meilleurs moments: la première moitie du vélo ou on a l'impression d'avoir des ailes et l'ambiance a l’arrivée, quand on peut enfin prendre dans ses bras Maggy, voir la famille etc. Franck: : Pire souvenir: être tranquillement allongé dans le lit a l’hôtel en regardant instagram et voir que Daniela Ryf était ds le village IM a 3km de la. Le temps de prendre le Canyon et d y aller, mon idole était déjà partie 😫😫🤷🏽‍♂️! Meilleur souvenir: sur IM Switzerland, la natation en lac avec une eau bleue piscine. A chaque inspiration je voyais le soleil se lever et illuminer les sommets lointains enneigées. Sublime!! J’ai fait 4200m au lieu des 3800 à cause de ces montagnes que j regardais au lieu de suivre les bouées !!

 

Quels sentiments retiens-tu de cette aventure ?  

Majorie: Après avoir réussi ce défi, je me suis dit que je pourrai tout accomplir ds ma vie, si j'y mettais les bonnes énergies et m'entourais de belles personnes.  Valéry: Le sentiment est mitigé: mélange de joie immense d’avoir terminé cette épreuve et la douleur de la fin de course surtout quand on est pas spécialiste de course à pied… Olaf:  Directement après l’arrivée on arrive plus à même marcher lentement, donc grosse fatigue, on se demande (comme toute la deuxième partie du marathon en général ...) pourquoi on se fait mal comme ca et que plus jamais on va refaire ca ... mais après évidemment le bonheur et la satisfaction d'avoir réussi. En général quelques jours après c'est un peu la déprime, car toute l'excitation et l’adrénaline sont parties, c'est en général à ce moment qu'on cherche le prochain Ironman et qu'on s'inscrit, haha. Franck: De l’aventure IM j retiens que c’est un autre animal qu’un M ou qu’un 70.3. Des mondes à part. Sur un IM, on va au bout de soi.

 

A vous de jouer.